Deux suisses à Saint-Etienne Vincent Martin

 Itinéraire des frères Wütrich et de leur descendance à l'époque de la Grande Guerre (1882-1920)

 

 

 

L’histoire, la grande, se dessine en croisant des milliers de fils de vie qui forment sa trame. Lorsque le chercheur ou le curieux se fait conteur d’histoires, il sait bien lier la mémoire de quelques destins ou d’une région, à cette grande épopée. Alors, le temps se penche à l’oreille du lecteur et lui rappelle que nous faisons tous partie d’une aventure qui a commencé avant nous, vit à travers nous et se perpétuera encore. Il n‘est donc pas étonnant que la découverte d’un petit paquet de lettres oubliées dans un grenier ait déclenché chez Vincent Martin une véritable quête qui l’a conduit à plonger dans la mémoire de sa propre famille, d’abord, de la Grande Guerre ensuite, pour nous livrer ce roman dont le véritable fil rouge reste l’humain. En suivant les pas de ses deux ancêtres venus de Suisse, Vincent Martin fait renaître pour nous toute la région et la ville de Saint-Etienne : petits métiers, odeurs, traditions, langage, alors que la Grande Guerre pointe son museau menaçant. De la ville au front, cette enquête devenue roman fera vibrer le cœur du lecteur aventureux et l’incitera sans doute à s’immerger dans sa propre histoire.

 

 

Entrez donc dans la ville et suivez les traces des frères Wütrich !

 

Ce livre raconte l'itinéraire des frères Wütrich et de leur descendance à l’époque de la Grande Guerre (1882-1920), avec une immersion dans le Saint-Etienne, le Panissières et plus largement le département de la Loire du XIXe siècle. De nombreux thèmes y sont abordés : l'arrivée de l'électricité, les premiers tramways électriques, les mines, la vie dans les café-restaurant-logis, les migrants, les déclarations des étrangers, la première société de vente par correspondance (Manufacture Française d'Armes de Saint-Étienne et Cycles), L'eau en bouteille (Badoit), les origines du Géant Casino, le livret de famille, le rythme des naissances et les nourrices, la vie à l'Orphelinat du Rez, le Lycée Claude Fauriel, les amureries, les chocolateries, les inventeurs et des entrepreneurs (Fasano, Thimonier, Les frères Lumière, Mimard, Blachon, Fourneyron, Escoffier), la loi de 1901, la séparation de l'église et de l'Etat, l'artisanat, les rubaniers de Saint-Etienne et les tisseurs de Panissières, Bussières, la visite de Félix Faure, Bonnassieux le riche, la photographie et ses procédés, les vacances et les diplômes scolaires...

 

C'est aussi l'époque de la Grande Guerre que nous découvrons aux travers des correspondances du soldat Louis Wütrich et de ses cousins, avec les batailles de Verdun, de l'Artois, de la Somme, et aussi les blessures, les convalescences, les prisonniers, la vie de tous le jours, le 159e R.I., le bataillon n°9, le froid et les souffrances, les écrits, l'artisanat des tranchées, être agent de liaison, sans oublier la fraternisation de 1915 et le prix du sacrifice... Des témoignages inédits...

 

Soldats du 159°R.I. durant les classes militaire à Grillon (Vaucluse, février 1915)

 

 


Paiement électronique (avec commission et livraison en France / Hors-France)

 


 

Stage, intervention, conférence

sur la photo du XIXe

sur demande Ecrire au créateur

 


 

On parle du livre Deux suisses à Saint-Etienne

Musée du Vieux Saint-Etienne

Librairie de Paris (StE)

Musée Sommes 1916

Archives départementales de la Loire

Archives municipales de Saint-Etienne

 

 

 

Sommaire

  • PREFACE du Président d'Histoire et Patrimoine de Saint-Etienne, Michel Déalberti

  • INTRODUCTION

  • L'HISTOIRE • Bon pour un an en France – 1882 • L'arrivée du frère - juin 1891 / début 1892 • Le temps des discordes – 1899 • Le temps de l'orphelinat – 1903 • Le lycée Claude Fauriel – nov. 1909 • La France en guerre – 1914 • Sur le front d’Artois – avril 1915 • En Normandie – mai 1915 • Retour en Artois – sept. 1915 • En Lorraine – mars 1916 • En route vers la Somme – août 1916 • La guerre continue - 1917 • L'arrêt des combats et l'après 1918

  • CONTRE-ENQUETE • La date d'arrivée • Pourquoi Saint-Etienne ? • Des visages et des inconnus • Un oncle mystère, démystifié • Chez son oncle Frédéric • Les deux sœurs

  • GENEALOGIE

  • ANNEXES • Notation des sources • Références • Centres de documentations • Synoptique des recherches • Remerciements et contributions

Avec la contribution du personnel des Archives départementales de la Loire, des Archives municipales de la ville de Saint-Etienne, du Musée du Vieux Saint-Etienne, du Musée des transports urbains de Saint-Etienne, du Musée d'Art et d'Industrie de Saint-Etienne, de M. Chatillon (historien), M. Tardy (fils de Georges Tardy), Christian Horst (traduction), d'Evelyne et Christian Bonnassieux, Jacqueline Callenaere (passionnée de généalogie) ainsi que Colette et Louis & Marthe Martin.

 

 

A propos de l'auteur

Depuis toujours, Vincent Martin se passionne pour la photographie et son histoire. Photographe créatif, diaporamiste chevronné, animateur de stages qui mettent en jeu tous les procédés photographiques, de l’argentique au numérique, Vincent, également scientifique au CNRS, est un passeur de mémoire. Cet infatigable touche à tout veut avant tout mettre en avant la vie humaine et partager ses connaissances ; il propose ainsi pour différents organismes (CAES du CNRS, festivals), des formations originales qui font renaître des gestes oubliés : cyanotype, virages... Et comme il a le goût des autres, il aime conjuguer ses talents avec d’autres artistes de tous bords : comédiens, conteurs, rien n‘arrête son imaginaire.

 

 

Extrait documentaire

Ce livre fait parler près de 90 correspondances, plusieurs témoignages, des photographies de famille, des cahiers d'écoliers du Lycée Claude Fauriel et de l'école de Saint-Just-sur-Loire... et de nombreux documents issus des Archives départementales, municipales et militaires...

 

Elèves en tenue d'écolier et rentrant de l'école de Panissières

[GPS, 45.792, 4.338].

Enfants jouant aux courses de voitures sur le boulevard Bonnassieux à Panissières - [GPS, 45.792,4.341].

 

Carnet de guerre de Louis Wütrich mentionnant les

fraternisations 1915 entre le 159°RI et les allemands.

Restaurant Café-Logis du 12 rue Frappa à Saint-Etienne, de la famille Wutrich-Ducreux, avec leur personnel.

 

Métier à tisser les grandes nappes - Atelier de la famille Point situé sur le Boulevard Bonnassieux à Panissières (1907).

 

Livret militaire de Louis Wütrich.

 

Louis Wütrich, soldat du 159°R.I. photographié durant ses classes à Grillon (fév. 1915, Vaucluse).

 

 

 

 

Vos commentaires

  • C’est une véritable enquête policière qui se transforme en une histoire sociologique de la part d’un auteur qui n’est pas un professionnel de la recherche historique. Chaque document parle et le don de l’auteur est de savoir les faire parler. Un magnifique ouvrage, remarquablement documenté, abondamment illustré qui devient une passionnante page d’histoire, écrite par un non-historien qui le devient au fil de son ouvrage et surtout, un formidable témoignage sur la vie stéphanoise. -- Michel Déalberti

  • J’ai commencé la lecture passionnante de ton livre ; à la page 91, tu parles des "patates de Juré". Cela m’a fit sourire car Juré je connais bien : les dimanches matin, je vais y chercher du bon pain. C’est tout proche de Saint-Marcel d'Urfé... Par contre, je savais qu’il y avait un moulin transformé en auberge mais je n’avais pas poussé la curiosité pour le découvrir. C’est chose faite depuis le matin de Noël. -- Jacqueline

  • C'est un immense plaisir de découvrir tout ce que contient ce livre. -- Marthon

  • C'est une grande joie pour moi de retrouver toutes ces générations dans un livre merveilleux. -- Louis

  • Un grand bravo, le livre est très intéressant et j'ai appris beaucoup de choses. -- Julien

  • J'ai tant aimé "mon" St-Etienne que j'ai adoré retrouver dans ce précieux livre. -- Colette

 

 

------------------------------------------

Texte : © Vincent Martin (photomavi.com) et Colette Fournier (Colettefournier.com)

Photographies & numérisation : Vincent Martin (Photomavi.com)

Documents : Collection de Louis Martin

 www.speciclass.com